Définition de l’Ostéopathie

Découverte aux Etats-Unis au XIXè siècle par le Dr. A. T. STILL, l’ostéopathie est à la fois une science, un art et une philosophie des soins de santé, étayée par des connaissances scientifiques en évolution permanente.

Elle trouve la cause des maladies dans les perturbations ou restrictions de mobilité de la charpente humaine ce qui entraine des troubles fonctionnels perturbant l’état de santé de l’individu.

L’ostéopathe traite ces dysfonctions de mobilité pour aider le corps à retrouver son équilibre et sa santé.

L’ostéopathe tend ainsi à ré-harmoniser les rapports de mobilité et de fluctuation des structures anatomiques. Il redonne au corps toute sa mobilité afin de rétablir l’équilibre et le fonctionnement naturels du corps humain.

Pour cela, il utilise de nombreuses techniques, dont les plus courantes sont :

• structurelles,
• viscérales,
• fasciales,
• crâniennes ;

et applique certains principes de base :

1er principe  : UNITÉ DE FONCTION DU CORPS HUMAIN

L’être humain est un tout, une unité complète, biologique, émotionnelle et spirituelle. L’organisme fonctionne comme une entité dynamique et indivisible.
Ainsi, chaque structure interagit l’une avec l’autre : toute perturbation se produisant dans une région déterminée du corps pourra se manifester dans n’importe quelle autre région du corps.
Tout accident concernant une quelconque région du corps aura une répercussion dans la totalité du corps.

2ème principe  : AUTODÉFENSE, AUTORÉGULATION, AUTO GUÉRISON (notion d’homéostasie)

Le corps possède en lui-même les moyens de surmonter la maladie, ses propres modèles de défense et ses propres systèmes d’alarme. Il a la capacité d’élaborer les substances nécessaires au maintien de la santé et à la neutralisation de la maladie.
L’ostéopathe se sert de cette capacité d’auto-guérison du corps pour en réactiver le processus.

3ème principe : INTERDÉPENDANCE STRUCTURE-FONCTION ET FONCTION-STRUCTURE

La fonction dépend de la structure : toute perturbation d’une articulation, par exemple, se répercutera sur son fonctionnement (limitations du mouvement, douleurs, etc.) ;
Et, inversement, la structure dépendant de la fonction, toute immobilisation prolongée d’une articulation va “en-raidir” l’articulation et les tissus péri-articulaires.


Définition de l’Ostéopathie

Découverte aux Etats-Unis au XIXè siècle par le Dr. A. T. STILL, l’ostéopathie est à la fois une science, un art et une philosophie des soins de santé, étayée par des connaissances scientifiques en évolution permanente.

Elle trouve la cause des maladies dans les perturbations ou restrictions de mobilité de la charpente humaine ce qui entraine des troubles fonctionnels perturbant l’état de santé de l’individu.

L’ostéopathe traite ces dysfonctions de mobilité pour aider le corps à retrouver son équilibre et sa santé.

L’ostéopathe tend ainsi à ré-harmoniser les rapports de mobilité et de fluctuation des structures anatomiques. Il redonne au corps toute sa mobilité afin de rétablir l’équilibre et le fonctionnement naturels du corps humain.

Pour cela, il utilise de nombreuses techniques, dont les plus courantes sont :

• structurelles,
• viscérales,
• fasciales,
• crâniennes ;

et applique certains principes de base :

1er principe  : UNITÉ DE FONCTION DU CORPS HUMAIN

L’être humain est un tout, une unité complète, biologique, émotionnelle et spirituelle. L’organisme fonctionne comme une entité dynamique et indivisible.
Ainsi, chaque structure interagit l’une avec l’autre : toute perturbation se produisant dans une région déterminée du corps pourra se manifester dans n’importe quelle autre région du corps.
Tout accident concernant une quelconque région du corps aura une répercussion dans la totalité du corps.

2ème principe  : AUTODÉFENSE, AUTORÉGULATION, AUTO GUÉRISON (notion d’homéostasie)

Le corps possède en lui-même les moyens de surmonter la maladie, ses propres modèles de défense et ses propres systèmes d’alarme. Il a la capacité d’élaborer les substances nécessaires au maintien de la santé et à la neutralisation de la maladie.
L’ostéopathe se sert de cette capacité d’auto-guérison du corps pour en réactiver le processus.

3ème principe : INTERDÉPENDANCE STRUCTURE-FONCTION ET FONCTION-STRUCTURE

La fonction dépend de la structure : toute perturbation d’une articulation, par exemple, se répercutera sur son fonctionnement (limitations du mouvement, douleurs, etc.) ;
Et, inversement, la structure dépendant de la fonction, toute immobilisation prolongée d’une articulation va “en-raidir” l’articulation et les tissus péri-articulaires.