Ostéopathie et Handicap

Bien que l’ostéopathie ne permette pas de libérer la personne de son handicap, elle peut lui apporter un bien-être certain.
Anne nous a relaté son expérience avec sa fille Zoé, handicapée, dont la communication verbale se limite à quelques sons que seule sa maman parvient à déchiffrer, grâce à l’amour qu’elle porte sur elle :

“Nous sommes venus avec Zoé car elle avait des troubles du comportement et des angoisses. Ces séances même une fois tous les deux mois lui font un bien fou. Ces troubles du comportement sont aujourd’hui presque inexistants et notre famille a retrouvé la joie et la sérénité. Imaginez-vous avec une jeune fille qui se replie sur elle même, qui se mange les mains, qui ne dort pas la nuit et… Puis nos petits magiciens ostéo nous redonnent l’envie de s’investir, le plaisir de jouer avec nos enfants, le désir de les voir grandir avec des angoisses et des frustrations lavées.”

Ce que l’ostéopathie peut apporter
Souvenons-nous qu’un des principes fondamentaux de l’ostéopathie est la relation de la structure à la fonction, “La structure gouverne la fonction”, disait en effet A.T Still.
Il paraît donc logique de penser qu’en améliorant la structure dans le corps, et notamment celle se situant au niveau du mécanisme respiratoire primaire, nous pouvons obtenir un effet bénéfique sur les altérations de fonctionnement qui résultent d’une pathologie.
Il a ainsi été découvert que des lésions importantes siégeant dans ce mécanisme (restrictions, déformations, immobilités) peuvent considérablement gêner le développement du cerveau de l’enfant, soit parce qu’elles ne lui permettent pas de disposer d’une aisance et d’un espace suffisants, soit parce qu’elles provoquent une restriction dans les flux de circulation sanguine.
Pour les enfants plus gravement lésés au niveau du système nerveux central, autre le fait de chercher à redonner au mécanisme respiratoire primaire son fonctionnement le plus optimum, l’ostéopathe va s’efforcer de l’aider à élaborer ses compensations.
Dans de tels cas, si elle ne soigne pas la source du problème, l’ostéopathie est une aide précieuse, car elle permet de rétablir, sur le plan fonctionnel, les meilleures conditions possibles pour un développement harmonieux de l’organisme.
Lorsque les lésions cérébrales sont trop importantes pour pouvoir envisager une récupération significative, le traitement ostéopathique apporte souvent à l’enfant un meilleur confort de vie. Il est moins tendu, moins nerveux, il souffre moins. Il se sent plus à l’aise avec son corps. Cela a des conséquences bénéfiques sur la vie familiale et aide les parents dans leur tâche souvent bien difficile.
L’ostéopathie n’est, bien entendu, pas une méthode exclusive, mais doit s’inscrire dans un cadre thérapeutique faisant appel à tout ce qui peut aider l’enfant à surmonter son handicap.
L’ostéopathe envisage donc son travail à ce titre dans le cadre d’une équipe, au sein de laquelle il peut apporter une contribution essentielle. Il mériterait dont d’être intégré au sein des équipes spécialisées dans le traitement des enfants dont le développement psychomoteur est entravé. Il apporterait certainement une aide précieuse, parfois fabuleuse.


Ostéopathie et Handicap

Bien que l’ostéopathie ne permette pas de libérer la personne de son handicap, elle peut lui apporter un bien-être certain.
Anne nous a relaté son expérience avec sa fille Zoé, handicapée, dont la communication verbale se limite à quelques sons que seule sa maman parvient à déchiffrer, grâce à l’amour qu’elle porte sur elle :

“Nous sommes venus avec Zoé car elle avait des troubles du comportement et des angoisses. Ces séances même une fois tous les deux mois lui font un bien fou. Ces troubles du comportement sont aujourd’hui presque inexistants et notre famille a retrouvé la joie et la sérénité. Imaginez-vous avec une jeune fille qui se replie sur elle même, qui se mange les mains, qui ne dort pas la nuit et… Puis nos petits magiciens ostéo nous redonnent l’envie de s’investir, le plaisir de jouer avec nos enfants, le désir de les voir grandir avec des angoisses et des frustrations lavées.”

Ce que l’ostéopathie peut apporter
Souvenons-nous qu’un des principes fondamentaux de l’ostéopathie est la relation de la structure à la fonction, “La structure gouverne la fonction”, disait en effet A.T Still.
Il paraît donc logique de penser qu’en améliorant la structure dans le corps, et notamment celle se situant au niveau du mécanisme respiratoire primaire, nous pouvons obtenir un effet bénéfique sur les altérations de fonctionnement qui résultent d’une pathologie.
Il a ainsi été découvert que des lésions importantes siégeant dans ce mécanisme (restrictions, déformations, immobilités) peuvent considérablement gêner le développement du cerveau de l’enfant, soit parce qu’elles ne lui permettent pas de disposer d’une aisance et d’un espace suffisants, soit parce qu’elles provoquent une restriction dans les flux de circulation sanguine.
Pour les enfants plus gravement lésés au niveau du système nerveux central, autre le fait de chercher à redonner au mécanisme respiratoire primaire son fonctionnement le plus optimum, l’ostéopathe va s’efforcer de l’aider à élaborer ses compensations.
Dans de tels cas, si elle ne soigne pas la source du problème, l’ostéopathie est une aide précieuse, car elle permet de rétablir, sur le plan fonctionnel, les meilleures conditions possibles pour un développement harmonieux de l’organisme.
Lorsque les lésions cérébrales sont trop importantes pour pouvoir envisager une récupération significative, le traitement ostéopathique apporte souvent à l’enfant un meilleur confort de vie. Il est moins tendu, moins nerveux, il souffre moins. Il se sent plus à l’aise avec son corps. Cela a des conséquences bénéfiques sur la vie familiale et aide les parents dans leur tâche souvent bien difficile.
L’ostéopathie n’est, bien entendu, pas une méthode exclusive, mais doit s’inscrire dans un cadre thérapeutique faisant appel à tout ce qui peut aider l’enfant à surmonter son handicap.
L’ostéopathe envisage donc son travail à ce titre dans le cadre d’une équipe, au sein de laquelle il peut apporter une contribution essentielle. Il mériterait dont d’être intégré au sein des équipes spécialisées dans le traitement des enfants dont le développement psychomoteur est entravé. Il apporterait certainement une aide précieuse, parfois fabuleuse.